Aller au contenu
Sortir avec Montrealista: Fidélio à la Maison Symphonique

Bien que le chef d’orchestre vedette Yanick Nézet-Séguin soit le Directeur Artistique officiel de l’Orchestre Métropolitain, ce n’est pas tous les jours que nous avons l’occasion de le voir diriger cet orchestre qui est trop souvent relayé au grade de « second orchestre » à Montréal, derrière l’Orchestre Symphonique de Montréal.

 

En effet, très pris par ses nombreux engagements, dont la direction de l’Orchestre du Metropolitan Opera de New York n’est pas le moindre, sa présence en ville se fait plus rare qu’auparavant.

 

On a donc tous vraiment hâte d’aller le voir avec la version concert de Fidelio, l’unique opéra du compositeur Beethoven, à la Maison Symphonique de Montréal! En plus, on aura la chance d’aller entendre certains des plus grands chanteurs d’opéra de notre époque, dont Michael Schade, Luca Pisaroni et Lise Davidsen.

 

D’habitude, l’opéra, c’est du théâtre chanté avec costumes et tout ce que cela implique, mais, dans le cas de Fidélio, il n’est pas rare que l’œuvre soit présentée sans mise en scène, tel un concert symphonique. Cela n’enlève rien à l’œuvre, puisque la partition en soit est tout simplement sublime!

 

Maison symphonique - orchestre - opéra
Crédit photo: Journal le courant

 

Si on peut résumer la trame narrative, Fidélio est l’histoire d’une femme, Léonore et de son mari Florestan, qui lui s’est injustement retrouvé en prison sur ordre de Don Pizzaro, le cruel gouverneur de la prison. En désespoir de cause, Léonore décide de se déguiser en homme et se présente à la prison en tant que Fidélio afin d’être engagée comme aide-geôlier et libérer son mari. Les choses se corsent quand Fidélio tape dans l’œil de Marzelline, la fille du geôlier, au point où elle remet en question sa relation avec son fiancé. Sans vous vendre le punch, l’aventure se termine tout compte fait plutôt bien malgré ses développements rocambolesques.

 

L’expérience vous tente, mais vous n’êtes jamais allés à l’opéra ou à la Maison Symphonique et l’inconnu vous fait hésiter? Honnêtement, no stress! Personne n’arrive là en robe de bal (quoi que si ça vous tente de pimper votre tenue pour l’occasion, ça marche aussi) et vous pouvez même prendre un verre avant le spectacle et pendant l’entracte.

 

C’est une expérience qui vaut vraiment le coup et, en plus, il n’y a que deux représentations au total (dont la première est demain). On vous conseille de faire vite!

 

À lire aussi :

 

Photo de couverture : site de Yannick Nézet-Séguin