Lorsque je m’assois dans un restaurant, j’aime me laisser transporter. Embarquer dans la tête du chef, du sommelier, du mixologue… Écouter ce qu’ils ont à me dire — pas nécessairement oralement, mais à travers leur dialecte. À travers cette petite garniture qui accompagne un tartare, par exemple, qui évoque un souvenir ou une étape de la vie que le chef a spécifiquement ajouté pour refléter son histoire.

Cette histoire peut toute aussi être reflétée à travers un élément du décor, un cocktail, une technique de travail… Qui peut parfois sembler banal, mais qui bonifie énormément l’expérience. Ça rend la soirée unique, précieuse, mémorable ; une sorte de pièce de théâtre, mais beaucoup plus savoureuse.

 

Crédit:Ce plat de Pithiviers, par exemple, est un honneur au passé du chef à la Cabane PDC aux côtés de Vincent Dion

Au nouveau restaurant L’Option Musique, situé sur le boulevard Saint-Laurent, le chef Rémy et son acolyte mixologue Justin ont totalement compris ce principe. De manière qu’une présentation ou un service qui ferait disons « année 2000 », est tout à fait 2020.

Pourquoi ? Parce qu’ils ont décidé de jouer la carte de l’absurde — dans le bon terme —, et ça fonctionne. Drôlement.

 

Crédit:Tartare Dylan

Passons aux présentations. D’abord nous avons Justin, le premier à avoir eu l’idée d’ouvrir le concept L’Option Musique. Ingénieur sonore dans une autre vie, mais incroyablement habile et imaginatif avec tout ce qui touche la mixologie. Néanmoins, son passé dans la musique ne le trahit pas, d’où la programmation d’artistes émergents qui s’installent sur le petit stage quelques fois par semaine, pour faire valoir leur talent. Après une mort subite à quelques minutes de signer la prise de possession du local, Rémy est arrivé dans le décor. (Ce n’est pas une blague. Justin est mort. Mais il vous accueillera à bras grand ouvert dans sa nouvelle demeure).

Rémy, lui, est en cuisine. C’est un jeune chef fringuant au passé bien impressionnant, qui a débuté lorsqu’il était ado aux côtés du chef Claude LeBayon au restaurant Apollo. S’en est suivi de plusieurs années à la Cabane au Pied de Cochon, entremêlé de plusieurs voyages, notamment chez Massimo Bottura au réputé Osteria Francescana.

Le côté histoire dont je vous parlais au début, on la vit avec lui à travers tous les plats sur le menu. C’est beau à voir, surtout lorsque c’est lui qui vient présenter sa création — parfois bien loufoque —, mais toujours admirable. Un Pithiviers en commémoration des soirées folles aux côtés de Vincent à la Cabane PDC, un plat de pâte tel que Massimo lui a appris, une bomba pour rendre hommage à la nonna de Montréal, Elena Faita...

 

bolognaise_option_musique_le_cuisinomane
Crédit:Bolognaise telle que lui a apprise Massimo Bottura

Début de soirée en coup d’éclat, alors que Justin nous présente sa toute dernière création ; cocktail chaud à base de saké, de jus de carotte, de bouillon et terminé avec une « aération » (technique apprise au Apollo) de jus de carotte, accompagné de « Pop-corn » : maïs éclaté, poulet pop-corn, ris de veau pop-corn, assaisonnements togarashi (mélange d’épices japonaises, mais en version 100% québécoise). Bouche bée par le Souperize, nom de la concoction. Le secret ? Un petit peu de beurre, pour rendre le tout bien crémeux — à la limite décadent.

 

cocktail_option_musique_le_cuisinomane
Crédit:Cocktail chaud - saké, jus de carotte, bouillon, avec un sac de pop-corn pas comme les autres

Puisque nous nous sommes laissé influencer avec le menu dégustation (l’entièreté du menu à 50$ par personne, le meilleur rapport qualité, quantité et prix à Montréal), je pourrais vous dévoiler tous les « punchs » de la soirée, mais cela atténuerait un brin votre expérience.

Par contre, attendez-vous à un menu presqu’entièrement composé de produits québécois – alcool inclusivement, ce qui ajoute beaucoup à l’expérience.

 

grilled_cheese_option_musique_le_cuisinomane
Crédit:Grilled-cheese triple - fromage en grains, fromage de chèvre et cheddar.

Malgré quelques minimes bévues ici et là, je manquerais à mon devoir de critique en omettant de dire que j’ai été complètement enchanté. Je me suis amusé. Je me suis laissé transporter sans retenue dans leur tête. Je suis embarqué dans leur histoire, mais surtout compris ce que le duo voulait me confier. Et ça, je vous confirme que c’est mission accomplie !

Je termine en disant de ne pas vous fier aux apparences. Nous sommes bien loin du décor « pinterest » ou « instagrammable », carte dont tous les nouveaux restaurants semblent jouer. Je suis le premier à dire que le design joue beaucoup sur l’expérience, mais à L’Option Musique, pas de Crystal ni de flanelle : leur histoire serait trahie.

« On a toujours bien 25 ans, c’est notre premier resto, faut bien rester un peu immature ! » — Rémy, le chef.

 

L’Option Musique — Bar et Bouffe

4671 Boulevard Saint-Laurent, Montréal

 

option_musique_le_cuisinomane
Crédit:Si vous voyez l'Option Le Cuisinomane sur la carte... Dites oui !

Page d'accueil