On en parle partout: des bonnes nouvelles par-ci, des moins bonnes par-là. Le temps semble suspendu. Notre routine est chamboulée. Nos habitudes sont bousculées. La situation nous amène à rester confinés chez nous. On se distance volontairement, on s’isole, on cherche comment occuper notre temps. On se protège collectivement.

Chacun vit les dernières semaines comme il peut. Chacun est touché, certains légèrement et d’autres plus fortement. Et tout le monde réagit à sa manière.

Et pour certaines personnes, l’isolation et l’angoisse représentent un défi encore plus grand que le virus lui-même. Il y a ces gens aux prises avec des troubles de l’humeur ou des troubles d’anxiété qui y travaillent tous les jours, mais qui perçoivent la situation actuelle comme une montagne.

Il y a ceux qui sont frappés par les mauvaises nouvelles depuis le début de l’épidémie. Il y a aussi ces gens qui se laissent, malgré eux, gagner par la peur et l’anxiété et ceux qui ne sont pas outillés pour se débrouiller seuls. Ce n’est pas une période facile. Plus que jamais, nous devons être emphatiques, à l’écoute et disponibles pour ceux qui éprouvent des difficultés.

Occupons-nous. Faisons des choses qui nous font du bien, qui nous rendent heureux. Ne nous laissons pas gagner par l’ennui.

Offrons de l’aide. «Je vais à l’épicerie, as-tu besoin de quelque chose?» Et acceptons l’aide, au besoin.

Limitons les sources d’informations aux sources fiables. Et pour le reste, décrochons de ce fil infini d’actualités redondantes et pessimistes.

Gardons une routine, un mode de vie sain.

Communiquons. Restons ensemble. Un appel, un texto, un facetime: Prenons des nouvelles. Donnons-en. Parlons-en. Disons-nous que nous sommes là.

Car se protéger, c’est aussi être là (à distance), les uns pour les autres.

De plus, la compagnie de service de santé Morneau Shepell lance ainsi un nouveau programme de thérapie cognitivo-comportementale sur Internet (TCCi) destiné à traiter l'anxiété liée à la pandémie. Ce nouveau programme traite des symptômes d'anxiété associés aux aspects particulièrement problématiques des pandémies : incertitude, isolement social, prestation de soins à la famille et aux membres de la collectivité, surinformation et gestion du stress.

Ce programme, entièrement numérique et encadré par des thérapeutes professionnels, est accessible depuis n’importe quel téléphone intelligent ou tablette, suffit d'aller sur leur site web.

Plus de contenu