Le mouvement Black Lives Matter (BLM) a repris de l'ampleur depuis maintenant plusieurs mois, engendrant avec lui plusieurs manifestations, qu'elles soient de masse ou cachées dans les gestes du quotidien, afin de faire valoir les droits et la place des personnes noires dans différentes sphères de notre quotidien.

Combattre le racisme, ce n'est pas juste une histoire d'activisme; ça se retrouve également dans les combats de tous les jours. Et ça, Nancy Falaise l'a compris: c'est pour ça qu'elle se bat pour un cursus dans les écoles de coiffure du Québec plus inclusif, avec des cours sur les cheveux bouclés et crépus.

 

Changer le monde, une boucle à la foisTrouver un coiffeur capable de prendre soin des chevelures bouclées, frisées ou...

Posted by Journal Métro on Tuesday, August 18, 2020

Pour plusieurs personnes aux cheveux très frisés, trouver un salon de coiffure qui saura prendre soin de leur chevelure est tâche difficile. Et, bien souvent, la plupart des personnes qui ont les cheveux très frisés sont noires, latino-américaines, métisses ou maghrébines, ce qui se traduit comme une discrimination dans le monde de la coiffure, qui reflète malheureusement celle qui existe déjà dans la société en général.

« On ne peut pas aller se faire coiffer dans le salon du quartier, il faut aller dans un salon qui se spécialise dans les cheveux frisés, et c'est surtout parce qu'on ne nous l'enseigne pas dans les écoles de coiffure », déplore Nancy Falaise, elle-même propriétaire d'une académie de coiffure, en entrevue avec Radio-Canada.

 

Pour remédier à ces lacunes dans le savoir universel chez les coiffeurs et coiffeuses de la province, elle a lancé une pétition pour demander au ministère de l'Éducation d'inclure l'entretien des cheveux frisés dans les programmes de coiffure. Déjà, elle aurait récolté près de 5000 signatures sur un objectif 10 000.

Nancy Falaise, comme plusieurs autres personnes, reproche aux écoles de coiffure d’enseigner à défriser les cheveux de façon chimique plutôt que d'apprendre et de montrer à les coiffer comme ils sont. Menant par l'exemple, elle donne elle-même des ateliers sur la coiffure des cheveux bouclés à son académie, et offre de la formation sur les plateaux de cinéma.

En espérant que ce manque de connaissances se voit de moins en moins, de par l'éducation et le changement social.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Page d'accueil