En difficulté depuis près de 10 ans, les magasins de l'entreprise montréalaise Le Château n'auront pas survécu à la pandémie.

Fondée il y a plus de 60 ans, la compagnie québécoise aurait notamment demandé recours aujourd'hui à la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), afin de procéder à une liquidation « responsable, contrôlée et ordonnée de ses actifs » et la cessation de ses activités, tel qu'indiqué dans un communiqué de presse.

La demande  sera entendue aujourd'hui par la Cour supérieure du Québec (Chambre commerciale), ce qui pourrait signifier que la fermeture définitive des 123 boutiques exploitées par l'entreprise pourrait être imminente.

C'est donc près de 1 400 employés (soit 500 personnes au siège social et 900 en boutique) qui seront bientôt mis à pied.

« La direction et le conseil d'administration de la Société [Le Château] ont conclu à regret que la Société ne peut plus poursuivre ses activités en tant qu'entreprise en exploitation après qu'elle a déployé tous les efforts possibles au cours des derniers mois, avec l'aide de conseillers professionnels, pour refinancer ou vendre la Société à un tiers qui continuerait à exploiter l'entreprise. Le secteur de la vente au détail fait face à de nombreux défis en raison de la pandémie de COVID-19 [et, malheureusement], dans ces circonstances, la Société n'a d'autre choix que d'entamer le processus de liquidation » indique la compagnie.

Cependant, tout au long du processus de liquidation, les magasins resteront pleinement opérationnels et ouverts (conformément aux directives provinciales et régionales), ce qui signifie entre autres que les clients auront une dernière chance d'y magasiner — et de profiter des soldes de liquidation.

Depuis mars dernier, plusieurs détaillants québécois se sont retrouvés dans une situation financière précaire due à la pandémie. On pense par exemple à Aldo, Reitmans, Sail Plein Air, Groupe Dynamite (Garage), DavidsTea et Frank and Oak (Modasuite), qui se sont tous placés à l’abri de leurs créanciers.

Plus de contenu