Le 29 janvier dernier, alors que les bilans quotidiens de la progression du virus au Canada étaient encore alarmants, Ottawa avait annoncé resserrer prochainement les mesures et restrictions sanitaires pour tous les voyages non essentiels — une des principales raisons des nombreux cas confirmés de COVID-19.

Parmi ces consignes et pénalités, notre premier ministre, Justin Trudeau, avait notamment mentionné l'annulation de tous les vols à destination des Caraïbes et du Mexique (et toutes autres « destinations Soleil ») — annulation à laquelle les compagnies Sunwing, Air Canada, WestJet et Air Transat ont acquiescé —, et ce, jusqu'au 30 avril 2021.

Trudeau avait aussi fait allusion à une nouvelle quarantaine imposée de 3 jours (puisqu'un test négatif de COVID-19 est désormais effectué et exigé à l'arrivée), où les voyageurs devraient séjourner à leurs frais dans un hôtel désigné qui leur serait assigné, à proximité de l'aéroport.

Malgré qu'aucune date d'entrée en vigueur de cette mesure n'ait encore été donnée, on sait qu'il pourrait en coûter jusqu'à 2000$ pour chaque voyageur.

 

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) dévoilait aujourd'hui le plan précis quant au déroulement du séjour des voyageurs confinés, et les critères que devraient remplir les hôtels intéressés à les accueillir.

Selon La Presse, « les hôtels choisis par l’ASPC devront être situés à moins de 10 kilomètres d’un des quatre aéroports internationaux qui sont autorisés à recevoir les voyageurs — à Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver ». Ceux-ci devront également assurer le transport des voyageurs de l’aéroport à l’hôtel, ou offrir des espaces de stationnement pour ceux arrivant à bord d’un véhicule privé.

À l’hôtel, les voyageurs auront droit à « des repas conformes au Guide alimentaire canadien », qui leur seront livrés sans contact. Leurs chambres devront aussi être équipées d'une télévision et d'une radio fonctionnelles, en plus de fournir un accès gratuit au Wi-Fi.

Les voyageurs en quarantaine à l'hôtel auront le droit d’aller à l’extérieur, pour de brèves périodes essentielles, comme pour une pause-cigarette ou une (très) courte marche.

Les hôtels désignés devront évidemment séparer les clients réguliers des voyageurs, pour la santé et la sécurité de tous. Les hôtels intéressés à servir de lieu de quarantaine ont jusqu’au 10 février pour soumettre leur demande à l'ASPC.

Page d'accueil