Si vous êtes présentement à l'étranger (aux États-Unis) et comptez revenir au pays par voie terrestre en temps de pandémie, voici tout ce que vous devriez savoir!

L'Agence de la santé publique du Canada émettait vendredi dernier, 12 février 2021, un communiqué de presse expliquant toutes les nouvelles mesures qui seraient en vigueur à compter d'aujourd'hui, 15 février 2021, pour les voyageurs désirant traverser les frontières terrestres canadiennes et (re)venir au pays.

 

Tout d'abord, il faut savoir que ces mesures s’appliquent pour toute personne arrivant au pays par voie terrestre, et ce, à compter du 15 février 2021 — à quelques exceptions près, dont notamment les travailleurs essentiels.

Ainsi, tous les voyageurs et arrivants devront fournir « une preuve qu’ils ont obtenu un résultat négatif à un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 effectué aux États-Unis au cours des 72 heures précédant leur arrivée au Canada, ou un résultat positif obtenu de 14 à 90 jours avant l’arrivée », en plus d'effectuer une quarantaine obligatoire de 14 jours.

En ajout à cela, à compter du 22 février 2021, en plus du premier test moléculaire effectué avant leur arrivée au Canada, les voyageurs qui entrent au pays par voie terrestre devront passer un second test de dépistage vers la fin de leur quarantaine de 14 jours.

Également en vigueur dès le 22 février, une nouvelle mesure gouvernementale obligera tous les voyageurs arrivant au Canada par avion (encore une fois, à quelques exceptions près) à passer un test de dépistage moléculaire à leur arrivée au pays (avant de quitter l’aéroport) et un second vers la fin de leur quarantaine de 14 jours. Ceux-ci devront également réserver, avant leur départ vers le Canada, un séjour de trois nuits dans un hôtel autorisé par le gouvernement — séjours qui seront disponibles dès le 18 février 2021. Bien sûr, ces mesures s’ajoutent à toutes les mesures de voyage déjà en place. Tous les voyageurs arrivant au pays, et ce, peu importe de quelle façon, devront « communiquer électroniquement les renseignements sur leur voyage et leurs coordonnées, y compris un plan approprié de quarantaine, au moyen de l’application ArriveCAN avant de franchir la frontière ou de monter à bord d’un avion ».

 

Crédit:Gouvernement du Canada

Bien sûr, le gouvernement fédéral ainsi que le gouvernement provincial tentent depuis plusieurs mois de dissuader les voyageurs de se déplacer pour des raisons non essentielles, et continuent leur effort afin de réduire la propagation du virus de la COVID-19.

Il est aussi important de noter que quiconque qui ne présenterait pas un résultat valide à un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 à son arrivée à un point d’entrée terrestre du Canada (sauf exceptions) se verra accorder l’entrée au pays, mais pourrait recevoir une amende allant jusqu’à 3 000$ par jour ou faire l’objet de poursuites au criminel. De plus, les voyageurs présentant des symptômes de la COVID-19 à leur arrivée à la frontière ou ceux ne disposant pas d’un plan de quarantaine approprié pourraient devoir se rendre dans un établissement de quarantaine désigné et y séjourner à leurs frais.

Finalement, un voyageur qui ne respecterait pas une directive sur la quarantaine et enfreindrait ainsi la Loi sur la mise en quarantaine pourrait s’exposer à des peines sévères, dont six mois de prison et/ou des amendes d’un montant de 750 000 $.

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site Web du Gouvernement du Canada.

Page d'accueil