Les premiers cas connus d'animaux qui ont été testés positifs à la Covid-19 se sont passés dans le grand Montréal. En effet, un chat a été diagnostiqué avec le virus en février dernier et a guéri depuis. Le second cas a été confirmé jeudi par la Dre Cécile Aenishaenslin, chercheuse et professeure à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. Alors qu'aucun symptôme n'a été reporté mis à part une grande diminution des forces physiques du chat, son équipe continue d'étudier la transmission du virus chez les chats. La docteure explique que la Covid-19 serait peu mortelle pour ces animaux.

Les chats ont dû être en quarantaine pendant un total de 7 jours, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus testés positifs. Ils ont certainement été infectés par leurs maîtres puisque ceux-ci ont été diagnostiqués avec le virus précédemment. D'ailleurs, le groupe de chercheuses recherche 40 familles québécoises qui ont la Covid-19 pour pouvoir étudier leur chat. Le virus chez cette espèce ressemble beaucoup à la sévérité de l'infection chez l'enfant, il n'est donc généralement pas grave et la retransmission du virus du chat vers l'humain n'est pas chose courante.

« On ne veut pas alerter la population. On ne veut pas que les gens aient peur ni pour leur animal ni pour leur propre santé et par exemple qu’ils prennent des décisions rapides et non fondées comme abandonner leur animal de compagnie », explique Cécile Aenishaenslin au Journal de Montréal.

De plus, certains chiens ont aussi été testés positifs au Canada, mais pas au Québec pour le moment.

Consignes et mesures à compter du 26 mars: zones rouge et orange

Crédit: François Legault via Facebook

Consignes et mesures à compter du 26 mars: zone jaune

Crédit: François Legault via Facebook
Page d'accueil