Aller au contenu

Critiques CD: Gonjasufi | MU.ZZ.LE

Auteur: Olivier Lalande
Partagez : facebook icon twitter icon
Critiques CD: Gonjasufi  | MU.ZZ.LE

L’inclassable chanteur et producteur californien, qui s’est imposé en 2010 comme une sorte de successeur psychédélique à Madlib avec l’album A Sufi and a Killer, ressurgit un dix-titres bref et fragmentaire. Album en bonne et due forme, EP ou mini-album? Chose certaine, MU.ZZ.LE s’écoute comme un tout cohérent, plus encore qu’A Sufi and a Killer. S’il demeure relativement difficile d’accès avec ses atmosphères fiévreuses et lourdes, l’univers de Gonjasufi ouvre ici des bras un peu plus accueillants avec la groovy et croustillante «Nikels and Dimes» et le downtempo dense de «Rubberband», «Venom» et «The Blame». Gonjasufi ne se prête pas à toutes les occasions, mais ses brassages nocturnes et opaques sont pour le moins fascinants.