Mike Ward a comme projet de faire construire 25 minimaisons qui viendraient en aide aux personnes itinérantes par ces temps de froids polaires extrêmes. Le projet ayant été refusé par la ville de Montréal, les villes de Victoriaville et Drummondville ont toutefois été interpellées par l'initiative.

Le maire de Victoriaville, Antoine Tardif, a accepté de recevoir cinq minimaisons dans sa ville.

« On a eu une rencontre sur l’heure du dîner avec différents organismes communautaires pour préciser la nature des besoins et déterminer la prise en charge de ces nouveaux équipements », a indiqué Charles Verville, porte-parole de la Ville de Victoriaville.

Puis, la mairesse de Drummondville, Stéphanie Lacoste, a à son tour confirmé que 20 minimaisons seraient installées dans sa ville.

Rappelons que c'est par l'entremise de son compte Facebook que l'humoriste a interpellé la mairesse de Montréal, lui présentant son plan. L'humoriste et animateur du podcast Mike Ward Sous Écoute proposait à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, 25 tentes de bois, « isolées, chauffées avec la chaleur du corps humain ». Ward souligne avoir déjà proposé ce plan à la ville de Montréal l'année dernière. Valérie Plante a répondu à la proposition de l'humoriste en affirmant que « ce n’est pas des places adaptées pour tous les types de clientèle dont il manque, mais c’est des personnes pour opérer les ressources destinées à celles et ceux en situation d’itinérance ».

La nouvelle résonne énormément dans l’actualité comme l'humoriste dit avoir déjà fait construire ces 25 abris pour personnes itinérantes et assure qu'une fois la permission donnée, le tout pourrait être installé « d’ici une semaine ».

Une solution qui semble être présentée sur un plateau d’or.

« J’ai fait construire 25 abris (pour itinérants) que j’ai offerts à votre équipe l’année passée. L’offre tient toujours. C’est des tentes en bois, isolés, chauffées avec la chaleur du corps humain. On peut se loger confortablement jusqu’à -30. Conçu pour les gens les plus à risque, ceux qui refusent de dormir dans les refuges. Les minimaisons sont construites et payées. Donnez le go et je peux les faire installer d’ici 1 semaine. Un simple oui de votre part et personne d’autre va mourir de froid cet hiver ».

La réponse de madame Valérie Plante a suscité énormément de réactions de la part du public, pour qui la solution de Mike Ward semble en être une évidente et accessible.

« Merci pour ton offre, Mike! Nous non plus, on ne veut laisser personne pour compte. Ce n’est pas des places adaptées pour tous les types de clientèle dont il manque, mais c’est des personnes pour opérer les ressources destinées à celles et ceux en situation d’itinérance.Si vous souhaitez contribuer, je vous invite à vous inscrire sur la plateforme : https://jecontribuecovid19.gouv.qc.ca/Inscription.aspx

La Ville de Montréal répond toujours présente pour appuyer le réseau de la santé et les organismes communautaires qui soutiennent les personnes en situation d’itinérance. Ils forment un écosystème complexe, car les solutions pour répondre aux enjeux d’itinérance doivent être encadrées, adaptées et variées.
On ne veut laisser personne derrière. Chaque décès d’une personne en situation d’itinérance en est un de trop. Soyez assuré que nous travaillons avec nos partenaires sur des solutions immédiates et à plus long terme pour que tout le monde ait un toit et vive dans la dignité », lançait-elle dans la section des commentaires.

Page d'accueil