Lorsqu'on élabore une variante sur un cocktail, on peut y aller de différentes manières. Est ce qu'on veut rappeler un peu le goût original dans notre préparation? Quels ingrédients seront modifiés et pourquoi? Il y a plusieurs possibilités, mais lorsqu'on pense au cocktail classique Last Word, c'est l'équilibre de toutes les saveurs. C'est entre autres dû au fait que la recette de ce cocktail se compose d'une part égale de chaque ingrédient qu'il contient, ce qui rend les possibilités de modifications presque infinies!

Le cocktail aurait été inventé dans les années 1920 en pleine prohibition à Détroit par Frank Fogarty dans un club social de la ville. Ted Saucier, dans son livre « Bottoms up! » publié en 1951, fait mention de la recette du cocktail, mais malheureusement sa publication n'attire pas l'engouement du public, si bien que le Last Word tombera dans l'oubli. C'est en 2004 que le bartender Murray Stenson, qui travaillait à l'époque au Zig Zag Café de Seattle, découvre la recette dans le livre de Saucier et commence à servir le cocktail à son bar. C'est la renaissance du Last Word, et son succès se répand aux États-Unis puis aux autres pays. On considère aujourd'hui ce cocktail comme un classique à part entière!

Vous pouvez consulter la recette originale du Last Word ici, mais on vous suggère aussi cinq variantes à essayer à la maison ou à demander au bar. La clé, c'est vraiment de respecter l'équilibre de saveurs entre l'alcool, le sucre, l'acidité et l'amertume si on souhaite créer une variation de notre cru.

Cheers!

#1 Naked and Famous

Crédit: @lanegratomasatulum via IG

Le Naked and Famous est l'un des nombreux cousins du Last Word. Inventé en 2011 par Joaquín Simó au Death & Co à New York, le cocktail substitue plusieurs ingrédients tout en respectant la règle de quatre ingrédients de la même quantité. Cependant, le choix du mezcal apporte beaucoup plus de puissance, en plus de la rarissime Chartreuse jaune et de l'Apérol pour le côté sucré/herbacé/amer. Sûrement l'une des twists les plus connues de ce cocktail!

PS : Si vous trouvez des bouteilles de Chartreuse jaune en SAQ, appelez nous svp.

Recette ici.

#2 Wordsmith

Crédit: @theamateurmixer via IG

Variante méconnue du Last Word, le Wordsmith est un cocktail puissant en terme de goût et d'alcool. Chuck Taggart, un bartender de Los Angeles, a créé ce cocktail en 2009. C'est honnêtement la déclinaison la plus alcoolisée de toute la liste, puisque l'ingrédient de base que Taggart a utilisé est du rhum overproof (au dessus de 40% d'alcool). Toutefois, il est possible d'utiliser un rhum agricole avec un taux d'alcool plus bas pour réaliser ce cocktail tout en conservant le profil aromatique original.

Recette ici.

#3 Paper Plane

Crédit: @johnnycalv via IG

Le Paper Plane est un cocktail qu'on adore, et on est quand même surpris qu'il ait été inventé seulement en 2008! C'est au bartender Sam Ross que l'on doit cette invention, lorsqu'il travaillait au Milk & Honey à New York. Les ingrédients sont beaucoup plus faciles à trouver ici au Québec (quoique l'Amaro Nonino n'est pas toujours disponible en SAQ, mais il y a plusieurs alternatives possibles). Le whisky avec l'amaro puis le jus de citron et l'Apérol... une recette remarquable, simple et délicieuse, dont le nom fait référence à la fameuse chanson de M.I.A, qui jouait non-stop à l'époque!

Recette ici.

#4 Fernetaboutit

Crédit: Drinkstraightup

Cette twist obscure du Last Word vient du 15 Romolo, un bar à cocktails de San Francisco. Le Fernet Branca est un amaro et un alcool fort apprécié par les bartenders de l'industrie, alors la suite logique était évidemment de l'apprêter en cocktail! Le Fernet Branca apporte une couleur beaucoup plus sombre et une amertume plus marquée, mais complété par la Chartreuse verte et la liqueur de cerises au marasquin, il en résulte un cocktail tout en nuances.

Recette ici.

#5 Ultima Palabra

Crédit: @ranno1970 via IG

Cette autre déclinaison du Last Word avec du mezcal introduit également une part de jus d'ananas, qui arrondit la texture en bouche et qui interagit à merveille avec les autres composantes du cocktail. On doit cette variante à Simone de Luca, qui a inventé cette recette au High Road House Club à Londres. Le nom du cocktail est une traduction directe espagnole du cocktail dont il s'inspire. Si la recette indiquée indique d'utiliser de l'eau fraîche, nous la considérons plutôt facultative.

Recette ici.