Crédit photo Sophie Ginoux
 

Le local des ex Cons Servent ne sera demeuré vide très longtemps, puisque l’équipe du bar à vins Chez Lavigne, qui a marqué les esprits dans le quartier Saint-Henri, a décidé d’investir les lieux pour séduire la clientèle du Plateau. Attention, toutefois, les propriétaires Catherine Tremblay et Eric Bernard n’ont pas voulu que ce nouvel établissement soit lui aussi dédié au vin, même si la carte de l’établissement en offre de très bons.

Pineau, qui fait référence à l’avenue Papineau le long de laquelle il est installé, mais aussi au pinot, ce cépage bien connu, est avant tout un restaurant. C’est dans cet esprit qu’ils en ont donc confié la gestion au sommelier et maître d'hôtel William Saulnier (Hoogan & Beaufort, Parasol) et au chef qui les avait accompagnés depuis le début de leur aventure au Chez Lavigne, Sarak Tiann (Shinji, Moishes, Mount Stephen Club).

Crédit photo Sophie Ginoux
Crédit photo Sophie Ginoux

Sobre mais élégant, le Pineau se présente sous la forme d’une salle à manger constituée de tables et de chaises en bois dans la section avant, ainsi que d’un long bar bordé de chaises hautes à gauche qui mène à la cuisine. Aucune fioriture majeure sur les murs, en dehors de deux jolies fresques réalisées à base de bouchons en liège, ni sur les tables elles-mêmes, mais l’ensemble est cohérent et accueillant.

L’esprit un peu aventureux qui guide Chez Lavigne se retrouve au Pineau, dont le chef a eu carte blanche pour monter sa carte. Celle-ci, que l’on présente sur place comme une cuisine aux couleurs de Montréal, est effectivement assez éclectique, allant des huitres aux courges, et du porc mariné au magret de canard. On décèle néanmoins une bonne base de cuisine française avec des touches asiatiques, ainsi qu’un désir de mettre les produits de saison et locaux en avant.
 

Crédit photo Sophie Ginoux

Mon apéro ayant été pris préalablement à ma visite, je décide de ne pas goûter à un cocktail de la mixologue Julie Belanger Cateysson pour privilégier un des vins habilement suggérés par le sommelier.

Puis, je débute ma dégustation avec une entrée de calmar grillé à la plancha servi sur une crème à l’ail confit, de petits morceaux d’endive braisée, des boutons de marguerite, un soupçon de piment gorria et de fines tranches de guanciale, une charcuterie de porc. Le calmar est bien cuit, quoique le léger goût de brûlé que le chef lui a apporté a tendance à masquer celui de la crème, un peu neutre et manquant d’assaisonnement. Néanmoins, le pain de la boulangerie Automne que j’ai commandé à part est quant à lui délicieux, ce qui me laisse moins sur ma faim.
 

Crédit photo Sophie Ginoux

Mon compagnon du jour et moi-même commandons ensuite deux plats de résistance. Nous goûtons tout d’abord à des gnocchis de ricotta, qui manquent malheureusement de légèreté et sont encore une fois un peu neutres malgré l’excellente purée de courge, les champignons maïtake et, de nouveau, les fines tranches de guanciale qui l’accompagnent.
 

Crédit photo Sophie Ginoux

Le second plat est cependant plus réussi. Il s’agit d’un magret de canard parfaitement rosé (même si je l’aurais peut-être un peu plus grillé pour obtenir plus de croustillant) adjoint d’une bonne purée de panais, de chips de topinambours, de champignons daïkon et shitake, de cerises sûres, de radis confit et d’une réduction qui aurait pu être un brin plus généreuse.
 

Crédit photo Sophie Ginoux
Crédit photo Sophie Ginoux

Nos papilles sont plus excitées lors de l’arrivée des desserts, à savoir un pressé de pommes servi avec une crème anglaise à la fève tonka bien exécutée et une tuile aux amandes et au chipotle fumé, ainsi qu’un succulent Paris-Brest déconstruit qui se présente sous la forme de trois choux renfermant de la crème mousseline et une fine couche de pralin. Une excellente touche finale.

Alors, que penser du Pineau? Je ne le vois pas comme un restaurant de destination, mais crois qu’il constitue un bel ajout dans un quartier dont les résidents peuvent avoir envie de manger un plat avec un bon verre le midi ou le soir, et les clients du théâtre de la Licorne voisin. Par contre, surveillez les événements qu’on y organise comme le repas dégustation de quatre services qui sera concocté le 31 octobre prochain en accord avec les vins de la maison Tripoz.

Pineau
5064, avenue Papineau, Montréal
(514) 543-5363
pineau.ca