Quintessence de la viande, d’opulence et des ingrédients de luxe, le restaurant La Queue de Cheval déploie ses ailes pour s’établir dans un quartier qui lui est encore inconnu: le Mile-End. 
 
Non, ce n’est pas un deuxième Steakhouse comme on le connaît, mais bien son bar à burger, le QDC Burger. Ce concept est né en 2014, afin d’offrir la qualité et l’essence du QDC à travers des burgers.

C’est donc après quatre années à charmer les travailleurs du Centre-Ville que le propriétaire Peter Morentzos et son fils Chris tenteront de séduire familles, travailleurs et touristes du Mile-End. 
 
Leur opération séduction a-t-elle su enchanter mon palais, au point de faire un détour pour y revenir et de le recommander ? 

Crédit photo : Tommy Dion

Ah non ! Ce serait bien bête d’arriver tout de suite aux conclusions. Laissez-moi d’abord présenter ce nouveau QDC Burger, aux accents du premier, mis à part que ce n’est pas seulement un comptoir pour emporter, ou pour déguster sur une table à pique-nique errante ou un banc de parc. Cependant, ne vous attendez pas à un service complet et à la garantie d’avoir une place assise sur un des 6 ou 7 tabourets du bar. 

Crédit Photo : Tommy Dion

Le concept est bien simple. On commande à la caisse, puis s’il y a une place au bar on s’empresse de la réserver, sinon on prend la commande pour emporter, ou à manger à l’extérieur — si la température le permet. 
 
Que vous optiez pour créer votre propre burger ou que vous choisissiez parmi les choix du chef, une chose est certaine est que vous êtes assurés d’avoir un burger de qualité supérieure — et fort probablement bien décadent. Parce que lorsque la première question de la jeune demoiselle à la caisse est de savoir si vous voulez votre boulette saignante, médium ou bien cuite, c’est bon signe.

Médium saignante pour moi, saignante pour mon collègue. Heureusement, nous avons réussi à nous incruster au bar, avec la vue prenante sur le grill et la chef Victoria qui prend bien le temps de nous divertir, tout en maniant la spatule comme une pro, gérant 7 boulettes sur la plancha, les champignons et oignons qui se font une belle allure, les tranches de tomates ici, le pickle par là, sans oublier les 14 pains qui font leur caprice.

C’est définitivement elle, la « queen » de la place. Sa bonne humeur et sa joie de vivre sont contagieuses, nous mettant ainsi parfaitement la table pour les deux mastodontes qui nous attendaient. 

Crédit photo : Tommy Dion

Place aux présentations. D’abord le « Lefty » (16$), garni d’oignons caramélisés, de fromage suisse, de lardons grillés, de champignons sautés et d’aïoli. Puis, le « Steakhouse » (15$), celui-ci avec champignons sautés, épinards à la crème, sauce aux fromages, brûlé de parmesan et huile de truffe. L’excitation est à son comble chez mon collègue qui me laisse à peine le temps de terminer ma séance photo avant de prendre sa première bouchée parfaite de son Steakhouse!

Ses balbutiements et son poing tapant sur la table me disent que c’est bon signe, mettant fin prématurément à ma séance photo pour qu’à mon tour j’attaque mon projet.

Crédit photo : Tommy Dion

Décadent ? Pas à peu près. Savoureux ? Je n’ai nullement besoin de vous le confirmer. Si je n’avais qu’un bémol à faire sur les burgers, c’est qu’avec la quantité de garnitures, il devient un peu difficile de goûter la bonne viande. La prochaine fois, je vais essayer de créer mon propre burger en choisissant ½ livre de viande (contrairement à 1/3 de viande dans les burgers du chef) et de tenter — et je dis bien tenter —, de n’y ajouter qu’un ou deux ingrédients, sachant que la base contient déjà tomates et laitue boston. 
 
Au QDC Burger, tous les items au menu sont servis avec un accompagnement de frites, qui, cette soirée-là, se sont avérées à être un brin décevantes. En d’autres mots, elles étaient molles et pas suffisamment cuites. Comme nous avions la discussion facile avec la chef – qui nous a d’ailleurs fait une séance de dégustation de leurs sauces maison — je me suis permis de lui transmettre mes commentaires, qu’elle a pris bien soin de noter et m’a rassuré qu’habituellement, elles sont cuites à point et bien croustillantes. 
 
Opération charme réussie ? Oui, mais comme je le mentionnais, la prochaine fois, ce sera soit un burger plus simple ou encore j’opterai pour le sandwich « french dip » au jus de foie gras et truffe, ou la guédille de homard, avec leur sauce épicée au homard et cari.

À suivre ! 

Crédit photo : Tommy Dion 

QDC Burger
210 rue Saint-Viateur Ouest
Montréal