Clairon est le tout nouveau restaurant « de la ferme à la table » de Montréal. Si ce terme est largement utilisé par nos voisins du sud, il se fait encore bien timide au Québec, même si un nombre grandissant de restaurants se font un devoir de s’approvisionner de producteurs et d’artisans québécois. Certaines tables allant même jusqu’à présenter un menu 100% québécois… J’ai ici en tête le Candide, Mousso ou encore le Manitoba.
 
Le restaurant Clairon, situé en plein cœur du Plateau Mont-Royal, fait partie de ceux qui proclament fièrement utiliser des produits presque entièrement locaux et biologiques. On pense à l’agneau de Kamouraska, des pleurotes Blanc de gris de Hochelaga-Maisonneuve, le porc du Rang 4 de Saint-Ambroise-de-Kildare… Les domaines Négondos, Bergeville et Lafrance côtoient bravement pinot noir de Bourgogne Vinho Verde du Portugal ou Barolo d’Italie. On aime.
 

Crédit : Tommy (Le Cuisinomane)

 
Le menu est court mais concis : 10 plats et trois desserts, pas moins, pas plus. Que l’on prenne l’une des deux formules proposées — 3 plats pour 45$ ou 5 plats pour 70$ —, le partage est recommandé et fortement appuyé par moi-même. Parce que des six plats partagés cette soirée-là, il n’y avait que du bon. Des hauts et des bas certes, mais le chef Maxime Descôteaux présente des créations uniques, équilibrées, intelligentes et avec beaucoup de textures. Mon reproche ? Le manque d’assurance au niveau des saveurs. En d'autres termes, un manque de «punch» !
 

Crédit : Tommy (Le Cuisinomane)
 

Non, je ne parle pas de ces magnifiques pâtes faites maison aux bourgots à la sauce vodka et tomate avec un généreux et oh comment délicieux os à la moelle les côtoyant. Ou encore le Chou BBQ, cuit longuement et servi bien tendre aux côtés d’une riche demi-glace aux légumes et les croustilles maison. Oui, j’aurais aimé voir les shiitakes comme indiqué sur le menu, mais ils n’étaient peut-être pas disponibles ce soir-là, ou un oubli.
 

Crédit : Tommy (Le Cuisinomane)
Crédit : Tommy (Le Cuisinomane)

 
Un autre plat que nous avons franchement aimé est la courge servie en purée avec (trop peu!) d’oignons confits et un coulis d’ail noir, le tout soutenu avec un pain naan maison grillé à la minute. Avec les oignons confits et le coulis d’ail noir, c’était un vrai délice! Chef, prochaine fois, on double les portions d’oignons et de coulis !

Crédit : Tommy (Le Cuisinomane)

 
Les plats qui mériteraient un peu plus d’attention sont le maïs — très bon soit dit en passant —, mais servi avec un chili de champignons au goût trop neutre qui mériterait un peu plus de saveurs franches. Pourtant, notre hôte nous l’avait bien présenté: les champignons sont hachés finement, revenus au saké, puis sautés à l’ail et au gingembre. Malheureusement, je n’ai rien perçu de ces saveurs. 
 

  Chili aux champignons, couvert de brindilles d'oignon frit                                                                                   Crédit : Tommy (Le Cuisinomane)

 
Puis, les pleurotes. J’aurais tant aimé savourer un plat de pleurotes avec plus de caractère, qui pourtant, avait tout pour plaire avec le soya à la truffe (trop) inexistant et le jaune d’œuf, malheureusement plaqué à sec au fond de l’assiette.  
 

Crédit : Tommy (Le Cuisinomane)

 
Le brownie au chocolat avec sa glace à la betterave et son coulis de dulce de leche ne pouvait mieux terminer cette belle soirée de découvertes ponctuée d’un service très amical et professionnel. 
 
Ouvert il n’y a même pas un mois, ce très chouette restaurant mérite toute votre attention ! Et je suis certain qu’à cette heure-ci, tous les bémols relevés font déjà partie du passé…

Le Clairon
432 Rachel Est, Montréal